mardi 31 juillet 2018

The Modern Lovers et Boston réunis sur la même platine - L'impossible serait-il possible?

The Modern Lovers et Boston 

boston-the-modern-lovers

Rencontre improbable sur une même platine en 1976

En matière de compositions et de son, dans le microcosme rock, on peut difficilement faire plus minimaliste que The Modern Lovers par The Modern Lovers.
Des chansons sur deux ou trois accords, deux pour le célèbre Roadrunner. A l’opposé, les titres du premier album éponyme de Boston sont surproduits, cumulent des milliers de notes et effets guitaristiques bénéficiaires d’un mixage millimétré. Ne serait-ce que pour le chant, les deux albums se repoussent comme les mêmes pôles de deux aimants. Les psalmodies de Jonathan Richman rassemblent les voix de Bob Geldof, Shane McGowan, Joe Strummer, alliées à un soupçon de Mark Knopfler: un antidote à la justesse. Chez Boston, le défunt Brad Delp couvre plusieurs octaves, capable de s’envoler tutoyer les cieux, apportant un côté angélique au hard rock racé du groupe. Niveau pochette? Pareil, tout pareil! Un logo aux lignes simples: un cercle, un cœur, face à une peinture stylisée quasi cosmique. Août 1976, en météorologie: l’été de la canicule, en rockerie: l’été des antipodes.

The Modern Lovers - Raodrunner


Outre ces deux premiers albums, 1976 célèbre une série de Premières. Premier vol du Concorde entre Paris et Rio: Samba! Première cérémonie des César, Le vieux fusil tire la concrétion. Viking: premier engin spatial américain à se poser sur Mars. 20 ans plus tard, Tim Burton s’en « souviendr’attaquera ». Création du FLNC. Au lieu d’une gerbe de fleurs, un bouquet d’explosions, une première «nuit bleue», repeint le ciel nocturne. La Chine fait exception à la règle via une «dernière», mort d’un roc: Mao Tsé Toung. Le rock lui survit.

Boston - 1er album


The Modern Lovers figure une Stratocaster et un orgue Farfisa directement raccordée au même ampli Fender de petit calibre où Boston illustre une Les Paul visitant un Marshall 100 watts via un rack d’effets aux 100 pédales accoudée à un orgue Hammond à trois claviers. 
Dans le reste de l’actualité musicale: simplicité ou sophistication? Eagles loue quelques chambres d’Hotel California: ça sent le diamant. Fidèles, Aerosmith « Rocks » pendant que Kiss « Destroyer » et que les ramoneurs « Ramones ». Status Quo leur donnant « Blue for you », les Stones y ajoutent du noir et s’en servent pour « Black and blue ». 
Pour nos deux récipiendaires, après ce mariage, les «amants modernes» se rendent-ils en voyage de noces à Boston? Sacrilège! 
Appairer sur une même platine deux disques aussi contradictoires relève de l’hérésie! Combattant les étroites visions et laissant: «Il ne peut il n’y en avoir qu’un» à Highlander, adoptons l’éclectisme. 
Règle n°1 : Pour ne pas se lasser, il faut voyager.

Thierry Dauge

Aucun commentaire:

Publier un commentaire