samedi 16 juin 2018

The Inmates

THE INMATES 

the-inmates
The Inmates

Les débuts des Inmates

Il y a des groupes dont la valeur pour le Rock est incontournable. Navigant sur les traces de Dr Feelgood ou des Pretty Things, avec pourtant une entité propre, the Inmates vont se former en 1977 en Angleterre sur les cendres des Flying Tiger. Tout début 80, ils obtiennent un premier hit, avec Dirty water.

The Inmates - Dirty Water


Dirty Water, est une reprise des Standells composée par leur producteur Ed Cobb en 1966. Un succès discographique également pour The Standells
La meilleure version? A vous de juger, même si pour nous le choix est déjà fait.

The Standells - Dirty Water



Puis un autre hit voit le jour en 1979, The Walk, encore une reprise cette fois de Jimmy McCracklin, dont l'interprétation brillante les conduira dans le top 40 britannique.

The Inmates - The Walk


Ce succès déclenche la sortie de leur premier album First offence. Laissons la parole aux interessés... 
Bill Hurley, au chant : 
"Mon père était chanteur amateur, il y avait de la musique partout dans la maison…mais mon père haïssait le rock'n'roll. Heureusement, mes deux cousins étaient fans d’Elvis. Ils m’ont initiés à cette musique"

Peter Gunn, guitare : 
"j’étais imperméable à la musique des fifties, ça me semblait suranné; mon «initiation» est plutôt venue de Joe Brown, et surtout des Stones, au travers de leur passage à «Thank you lucky star», où ils jouèrent «Come on». Puis, j’ai joué dans un groupe, les Flying tigers. Malheureusement, notre chanteur a pris une orientation punk qui me déplaisait au plus haut point. J’ai passé une annonce dans le «Melody Maker», et c’est comme ça qu’est arrivé Bill. Tony Oliver prit la seconde guitare, Ben Donnely la basse, le poste de batteur était, lui, fluctuant..."
The Inmates se produisent alors dans un club londonien, le Hope and Anchor. De 10 personnes par soirée, ils passent à un attroupement jusque dans la rue, tant leur performance est de qualité. Repérés par Vic Maile, producteur de dr Feelgood. Peu enthousiaste au début de l’enregistrement, il se rend vite compte des formidables capacités du groupe, rapidement confirmées par le succès de Dirty Water.

Peter Gunn
"Nous nous sommes retrouvés en tête d’affiche, avec les Bee Gees et Police. Incroyable. Nous, nous n’avions pas changé, mais Bruce Springsteen ou Mick Jagger passaient nous saluer… Partout où nous passions, c’était comme ça..."

Ils jouent de malchance avec la sortie de leur second LP A shot in the dark, qui correspond pile à l’assassinat de John Lennon... La promotion est annulée, et le vent tourne… 
Peter Gunn
"A la sortie du premier album, une limousine nous attendait à l’aéroport. Au second, le représentant de la maison de disque venait avec sa voiture personnelle, en nous disant qu’il était venu pour ne pas nous laisser poireauter, vu qu’il était viré... "
C’est dans cet album qu’on retrouve So much in love, ecrit par...Jagger/Richards.

The Inmates - So much in love inmates



Alors, petit plaisir égoiste, mon morceau préféré... I thought I heard a heartbeat. Ah ce riff de guitare...




Une anecdote savoureuse ponctue l’enregistrement du 3 ème album, Heatwave in Alaska. 
Peter Gunn: 
"Pendant l’enregistrement de «Something about you», des Four Tops, nous voulions un sax qui sonnerait comme celui de Junior Walker. Il avait joué la veille à Londres. Et il a accepté de venir jouer sur SON morceau! Il n’était pas satisfait de la voix de Bill; Nous lui avons indiqué que ce n’était que la voix-guide et… 
Bill Hurley: «Je regardais tranquillement le quart de final de la coupe du monde. Il était 10h30 du matin, et quelqu’un m’a tapé sur l’épaule: «Junior voulait que tu enregistres la voix lead MAINTENANT!" 
C’était un de mes modèles, je devais me transcender, être à la fois Levi Stubb, Wilson Pickett et Bobby Wommack à la fois!

Malgré cela, après l’enregistrement, Bill fait une dépression nerveuse doublée d’une tentative de suicide. Il est remplacé (temporairement), puis s’en sort. D’autres albums voient le jour, mais c’est déjà une autre histoire.

Etienne FLT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire