samedi 23 juin 2018

Franz Ferdinand

Franz Ferdinand

franz-ferdinand
Franz Ferdinand

Une bande d'étudiants, nés sous une bonne étoile

Franz Ferdinand, c'est l'histoire d'une formation qui démarre dans les années 2000 en Ecosse. Ils sont à l'époque une bande d'étudiants à la Glasgow School Of Art et décident pour le fun, de monter un groupe. Rien ne semblait alors présager le succès à venir, l'amateurisme est total, au point que le bassiste apprend à jouer de son instrument lors des répètes dans un entrepôt désaffecté qu'ils surnommeront "le Château". Et pourtant, deux ans à peine après ces débuts tumultueux, le groupe enregistre un premier EP Darts of Pleasure. L'idée de base d'une auto-distribution est bien vite oubliée. Une bonne étoile les repère, il s'agit Laurence Bell, président de Domino Records qui accepte de les signer... début d'une carrière.

Le lancement du groupe est fulgurant, début 2004, c'est une véritable petite décharge qui arrive en single sur nos platines. Take me out, un tube qui fera le tour de la planète, suivi quelques temps plus tard d'un premier album collant parfaitement à cette tonalité british rock, qu'on avait largement oublié depuis plusieurs années, et qui allait se diffuser sur les radios en ondes positives, tel un parfum de renouveau. En réalité, rien de vraiment neuf si ce n'est la mise en forme... il y avait dans ce premier album toutes les recettes pop rock héritées de la musique anglo-saxonne, à tendance bien électrique. 

Pendant toute cette année 2004, c'est le ras de marée de la consécration, la tournée des grands festivals rock, Glastonbury et Reading, ainsi qu'en France, les Eurockéennes de Belfort. Côté ventes, c'est le flamboyant du succès qui porte l'album dans les Charts à la troisième place des meilleures ventes au Royaume-Uni. Et ce n'est pas tout,  chaque single de l'album Franz Ferdinand aura sa place de choix dans le Top 20, excusez du peu.

Album Eponyme : Franz Ferdinand

Ce premier album de Franz Ferdinand brille évidemment par la qualité des compositions portées par un sens exacerbé de la mélodie assez rare, qu'Alex Kapranos - chanteur et guitariste - interprète avec force et précision. Une suite de titres aux mélodies entêtantes, aux intensités parfois vacillantes, et à l'énergie porteuse. Pour un peu, on en redemanderait: Jacqueline, The Dark of the matinée parfait pour la diffusion radio, comme Kapranos le chante: "So I'm on BBC Two now, telling Terry Wogan how I made it" et l'énorme riff syncopé de Take me out
Une incontournable claque écossaise, pleine de fraîcheur et de peps'. Et même si le style finira par s'essouffler sur les albums suivants, cette première galette, comme un pavé dans la mare made in scottish, reste gravée  dans le paysage rock de cette année 2004, qui jusque là ronronnait consensuellement.

Auguste Marshal

Aucun commentaire:

Publier un commentaire