samedi 26 mai 2018

Gamine - Voilà les anges

Voilà les anges - Gamine

gamine
Gamine
Si vous êtes de ma génération (celle qui porte vaillamment son demi-siècle...), vous avez sans doute complété la phrase du titre par: «ne s’arrêtent pas...», pas vrai ?

Genèse d’un tube...

Gamine - Voilà les anges



1988 - Ce titre va venir agréablement chatouiller nos oreilles. Les responsables? Le groupe Gamine, jeunes bordelais emmenés par le duo Paul FELIX (qui se fera appeler Paul Visconti en référence à qui vous savez...), au chant et à la basse. Son compère, Paco RODRIGUEZ s’occupe des chœurs et de la guitare.

Leur premier titre, Under my thumb les fait connaitre dans le milieu Rock avec de nombreux concerts, coupures de presse en français, voir même en espagnol. Ils commencent à écumer le milieu bordelais.
1982 voit la naissance de leur premier 45 tours, avec Fille du soir et Simon Templar. Prémices d’un succès à venir, la presse les considère comme «largement au-dessus de l’idée qu’on se fait de l’auto production...»

Gamine - Fille du soir



L’année suivante, en 1983 donc, sort un mini-album avec aux manettes Chris «Flamin’Groovies» Wilson et Robin «Barracudas» WILLS. Excusez du peu...

Gamine - Shandy Street



Puis, Les enfants du rock (célèbre émission télé du siècle dernier...) leur tend les bras en 1984, puisque la chaine diffuse leur clip Julie Julie… La presse Rock, Rock’n’Folk en l’occurrence, salue l’effort: 
«Le disque de Gamine n’est pas français, c’est celui d’une confrérie internationale, qui qui verrait une osmose entre Bordeaux et le rock urbain des States»

Une reprise de Gainsbourg fera les beaux jours des radios: Harley Davidson, couplé à Paris Paris.

Gamine - Harley Davidson



1988, année de la consécration Rock pour nos Bordelais, Voila les anges sort chez Barclay. Titre bientôt classé au Top 50 (salut les p’tits clous...), l’album mérite qu’on s’y attarde. Petite chronique de l’époque...
«Sur le premier morceau Etre Roi, le chanteur Paul Félix Visconti et ses acolytes annoncent la couleur; un gimmick de guitare très british, une rythmique rock, un refrain et des chœurs qui restent en tête; la barre est placée haute. On comprend vite pourquoi ce groupe est devenu culte. Le très bon background de ses passionnés est mis en exergue sur la sublime reprise du chanteur britannique Kevin Ayers: "May ?". 
Les paroles poétiques tournent beaucoup autour des rencontres amoureuses et les guitares soignées évoquent énormément les Byrds sur des titres comme L'autre, Les gens sont si bizarres ou Nos sentiments. Le nostalgique Smithien et Dress Up montre une autre facette d'un combo décidément au grand potentiel.»

Malheureusement, et c’est souvent le cas, le second album Dream Boy fut un plantage complet, le groupe cherchant à refaire un tube, perdant au passage sa naïveté et son charme. Les ventes désastreuses entraînant le splitte. Le chanteur partira s’isoler 20 ans dans un monastère bouddhiste, près de Clermont-Ferrand.

Si Anges il y avait, ils n’ont pas fait du bon boulot à l’époque, en laissant disparaitre ce groupe... Mais il semblerait que, tel le Phénix, le combo renaisse actuellement de ses cendres et recommence à tourner...A suivre...

Etienne Frelet


Aucun commentaire:

Publier un commentaire