samedi 10 mars 2018

The Jam - All Mod Cons

The Jam - All Mod Cons

the-jam
The Jam - All Mod Cons

All Mod Cons - Le disque attendu !

Souvenez-vous, nous sommes début 1978 et le groupe anglais The Jam vient de sortir son deuxième album intitulé: This is a modern world. Cet album, sorti visiblement un peu trop rapidement, seulement quelques mois après le succès du 1er opus In the City, dévoile une facette un peu plus "mods", et va recevoir un accueil des plus sombre, notamment de la part des critiques qui n'hésitent pas à le descendre en flèche. Le groupe, par ailleurs déçu par cet échec et  fatigué par cette très grosse tournée à travers le Royaume Uni, l'Europe et les Etats-Unis, se donne alors quelques mois de répit avant de revenir sur le devant de la scène.
Un retour en studio est alors programmé en mai 1978, mais les batteries sont à plats et la source d'inspiration de Weller semble alors tarie. Renvoyé momentanément par ses producteurs, afin de relancer sa créativité musicale, la légende raconte que Weller, alors en proie à une petite déprime, se serait isolé cet été avec pour seul bagage: Something Else des Kinks. Les légendes ayant toujours leur part de rêve et de réalité, personne ne sera surpris de retrouver une magistrale reprise explosive de David Watts des Kinks, sur le troisième album des Jam.

The Jam - David Watts


All mod Cons, le troisième album des Jam, sort en novembre 1978 en Angleterre et s'impose rapidement comme le disque attendu. Le ton aux résonaces punk a nettement évolué depuis le premier album, et on ressent l'admiration de Weller pour Ray Davis, jusque dans la structure des morceaux. Mais la touche Jam est efficiente, grâce à un style nerveux et cinglant, Paul Weller, savant génie de la composition, ne se contente pas de plagier sa nouvelle idole, il transcende la reprises des Kinks, et apporte un éventail de compositions jusque là sans pareil, alliant l'énergie Punk des débuts, à cette  incontestable influence Mod qu'il ne reniera jamais vraiment. L'album est une réussite, mais également un succès commercial puisqu'il culmine à la sixième place des charts anglais. Parmi les pépites absolues, je retiens pour ma part, l'insidieux et acerbe Mr Clean, Down In The Tube Station At Midnight, lugubre histoire de meurtre basée sur la basse syncopée de Bruce Foxton, All Mod Cons - qui donne son titre à l'album - et cette mystérieuse English Rose, ballade au travers de laquelle, Weller nous déballe avec grâce et tendresse, toute la délicatesse de son talent de songwritter.

The Jam - English Rose


Album de transition pour les Jam et retour à la case succès tant attendu, All Mod Cons est un concentré de joyaux bruts. Il marque l'évolution des Jam vers un style plus abouti, qui sans desservir cette nervosité électrique, laisse libre place à la verve mélodique de Paul Weller. A tout juste vingt ans, il pose déjà les bases de son indomptable talent de compositeur, doté d'un sens inné de la mélodie et d'une troublante virtuosité à équilibrer guitares scintillantes et mélodies pop, sans jamais laisser place à une quelconque apathie.

All Mod Cons est un album brûlant d'une fougue habillement maîtrisée... à conserver au rang des joyaux du british rock.


Auguste marshal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire