mercredi 14 mars 2018

Johnny Thunders And The Heartbreakers

Johnny Thunders And The Heartbreakers

the-heartbreakers
The Heartbreakers

Genèse et tribulations d'un groupe mythique : The Heatrbreakers

Mars 1975, les New York Dolls jouent au Little Hippodrome de NYC avec Television en première partie. Johnny Thunders - guitare - et Jerry Nolan - batterie - ont dans l'idée de former un nouveau groupe et en touchent deux mots au bassiste de Television, Richard Hell. Le mois suivant, lors d'une tournée en Floride, les deux acolytes quittent les Dolls et rentrent à New York pour concrétiser leur projet. Hell les rejoint, les Heartbreakers sont nés.

Après un premier concert fin Mai à New York, ils recrutent le guitariste chanteur Walter Lure qui jouait précédemment dans les Demons. La formation comprend désormais trois chanteurs, Hell - basse/chant - Thunders - guitare/chant - et Lure - guitare/chant.
Le 7 Juillet a lieu leur second concert, au CBGB's. Enregistré, il est officialisé par le label Bomp sous le titre What Goes Around.

Johnny Thunders And The Heartbreakers - Can't keep my eyes on you


Début 76, première démo et premier article dans le tout nouveau magazine New York Rocker. L'auteur n'est autre que Richard Hell qui utilise le pseudo Theresa Stern. Les concerts continuent, la plupart du temps dans des clubs de New York, dont le Max's Kansas City, mais peu à peu la tension monte entre les trois chanteurs et Richard Hell finit par claquer la porte au début de l'été. Billy Rath, originaire de Boston et rencontré lors de la tournée en Floride, prend la suite. Nouveau concert en Juillet au Max's Kansas City chroniqué dans le New York Rocker par une certaine Nancy Spungen... Elle commence à suivre le groupe, devient accro à Jerry Nolan puis à l’héroïne qu'elle partagera plus tard avec Sid Vicious.

Le photographe Leee Black Childers qui a travaillé, entre autres, avec Andy Warhol et David Bowie, devient leur manager et arrange l'enregistrement de plusieurs titres studio. Début décembre, il les emmène en Angleterre, sur invitation de Malcolm McLaren, pour participer à la tournée Anarchy In The UK Tour avec les Damned, Clash et Sex Pistols. Ces derniers ayant fait scandale à la télévision, la plupart des concerts prévus sont annulés les uns après les autres. Cela permet aux Heartbreakers de jouer au Roxy de Londres durant leur temps libre et d'être remarqués par le label Track. Une chance pour eux car personne ne veut les signer aux USA à cause de la réputation sulfureuse des New York Dolls qui leur colle à la peau et de leur dépendance à l'héroïne. Track les signe pour six albums en trois ans!

heartbreakers
The Heartbreakers
Diverses sessions studios ont lieu de Février à Octobre 77. Entre-temps, le groupe joue en Belgique, en France, à New-York (album DTK – Live at the Speakeasy) puis entame une grosse tournée anglaise début octobre pour promouvoir l'album LAMF (Like A Mother Fucker).
Problème: le mix du disque ne plaît pas du tout à Jerry Nolan qui s'en va, une première fois. Paul Cook - Sex Pistols - puis Terry Chimes - The Clash - le remplacent. Comme si les ennuis ne suffisaient pas, le label Track est en difficulté, l'avenir discographique du groupe est mal engagé. Jerry Nolan craque et s'en va définitivement, les Heartbreakers finissent par tout plaquer au mois de Décembre, après un concert au Bataclan. Johnny Thunders rentre à Londres où il va enregistrer son premier album solo, So Alone, en compagnie d'une belle brochette de musiciens.

Août 78, le groupe se reforme une première fois, sans Jerry Nolan, pour un gig au Max's Kansas City. Dernier come-back en 1984 avec un passage au Lyceum de Londres le 25 Mars. L'enregistrement du concert sort officiellement en LP la même année (dispensable).

 Johnny Thunders And The Heartbreakers - Live at Max's Kansas City - 1979


Après la séparation, chacun vit de son côté, participant soit à des albums soit à des concerts dans différents groupes (Nolan, par exemple, jouera un temps avec les Idols en compagnie de son ex-compagnon de route Arthur Killer Kane). Seul Johnny Thunders maintient vraiment une carrière solo et sort des albums jusqu'à sa mort en 1991. Aujourd'hui, le seul survivant de cette affaire, Walter Lure, a son propre groupe, The Waldos. Il invite fréquemment d'autres musiciens à jouer avec lui, comme en 2017, pour célébrer les 40 ans de LAMF avec Clem Burke (Blondie), Glen Matlock (Sex Pistols) et Mike Ness (Social Distortion). Just like a motherfucker ! 

L.A.M.F - Born to lose - 2017 - The Bowery Electric NYC novembre 2017



Johnny Thunders & The Heartbreakers reste un des groupes majeurs de la scène punk New Yorkaise et  LAMF un album de référence. Pour les fans hardcore, il existe deux mixages différents ainsi qu'un coffret, LAMF - The Definitive Edition, avec des versions alternatives, démos etc. Citons également les meilleurs albums live du groupe: Live At Max's Kansas City, Vive La Revolution (Bataclan), DTK - Live At The Speakeasy (1 ou 2 sets selon le pressage) et LAMF - Live At The Village Gate 1977 avec la participation de Sylvain Sylvain et Robert Gordon.

Fernand Naudin

Johnny Thunders And The Heartbreakers - D.T.K



Aucun commentaire:

Publier un commentaire