mercredi 7 février 2018

Rage Against the Machine

Rage Against the Machine

Rage Against the Machine
Rage Against the Machine

Culte, incontournable et ancré dans une époque où ils apportèrent l'originalité de la fusion des genres, le groupe Rage Against the Machine reste encore aujourd'hui une entité musicalement à part, même si son succès et son originalité pour l'époque, déclenchèrent les prémices d'un phénomène inspirant pour bons nombres de groupes. Difficile de trouver le point de fusion entre rock, métal, rap, et une once de funk. Passez tous ces courants musicaux au Shaker, et secouez, secouez avec une violence et une puissance déterminante, et vous aurez sans doute une part de la recette magique. Mais trêve de plaisanterie, RATM ont eu la richesse et le talent de forger un son reconnaissable instantanément, oscillant entre rock, métal et hip hop. Tout est dans la puissance et la mise en place parfaite, le son de guitare incisif et lourd de Tom Morello, porté par une rythmique de folie ou le couple basse-batterie de Tim Commerford et Brad Wilk se défonce comme une déferlante de violence, sur le vocal râpé/scandé par l'arrogant et charismatique Zack de la Rocha. Un groupe emblématique d'une époque, qui a fait de la scène son terrain d'expression essentiel avec un engagement politique contestataire fondateur. Revendications anti racisme, anti capitalisme, anti militarisme, dénonciation de la politique étrangère américaine, font partis des messages récurrents. Difficile en effet d'oublier le "Fuck you I won’t do what you told me" de Killing the Name, un titre qui explose à la face des radios en 1992, déversant une onde de chocs sur la planète. 
Un premier album et RATM est déjà devenu un groupe incontournable!

Rage Against the Machine : Killing the Name

1er album éponyme :  "All of which are American dreams"

Ce premier album, marqué par une pochette polémiquement inspirée, représente une photo de Thich Quang Duc sur laquelle un moine bouddhiste vietnamien, s'immole par le feu à Saïgon en 1963, pour protester contre l'oppression des bouddhistes par l'état vietnamien.
On y retrouve notamment, Know your ennemy, chanson anti-guerre du Golf. Zach de la Rocha dénonce le rêve américain basé sur huit principes fondateurs :
Le compromis, la conformité, l'assimilation, la soumission, l'ignorance, l'hypocrisie, la brutalité et l'élite
"All of which are American dreams" y est hurlé pas moins de huit fois à la fin de la chanson... pour ceux qui n'auraient pas compris, il suffit de réécouter. 

Yes I know my enemies   -  (Oui je connais mes ennemis)
They're the teachers who taught me to fight me  -  (Ce sont les profs qui m'ont appris à lutter contre moi même)
Compromise, conformity, assimilation, submission - (Compromis, conformité, assimilation, soumission)
Ignorance, hypocrisy, brutality, the elite  -  (Ignorance, hypocrisie, brutalité, l'élite)
All of which are American dreams  -  (Tout ce dont sont faits les rêves Américains)

Rage Against the Machine : Know your Enemy - Live Woodstock 1999


Comment ne pas oublier non plus la collaboration en 1999 au film Matrix. Le titre Wake UP, s'impose comme une envolée sur l’œuvre des frères Wachowski, entraînant sur son passage les cinéphiles non encore convaincus par la tornade RATM

Auguste Marshal

Matrix Wake Up - Rage Against the Machine




Aucun commentaire:

Publier un commentaire