samedi 10 février 2018

Les Misfits

Les Misfits

Misfits
Misfits

Les Misfits , où le Rock qui fait peur...

Entendons-nous bien: nul ne peut avoir la prétention de posséder un savoir universel en matière de rock, au sens large du terme, mais en préparant ce post j’ai découvert un genre que je ne connaissais pas: l’Horror Punk. Contrairement au Rock Gothique, qui utilise la mort au «1er degré», l’Horror Punk se sert de cette imagerie plus pour le côté artistique ou  fun, un peu comme le train fantôme dans les fêtes foraines… Cela étant dit, revenons à nos Misfits: crée en 1977, autour du chanteur Glenn Danzig et du bassiste Jerry Only, le groupe perdure jusqu’en 1983, puis se sépare, se reforme plusieurs fois, avec des line-up changeants... Notons que Marky Ramone, batteur de qui vous savez a fait partie, temporairement du groupe... 
L’image du groupe est un peu leur carte de visite: vêtements noirs, maquillages outranciers, scénographie gore, tout cela mêlé à des textes sanguinolents...

Comme indiqué plus haut, au fil des années, le groupe se sépare, se reforme, se re-sépare, se re-reforme etc... retracer leur histoire est un véritable parcours du combattant. Au-delà de ces changements continuels, il nous reste la musique... Petit florilège.

Misfits : Dig up her bone ( déterre ses os… )


 Misfits : Scream (Hurlement…) 



Un album détonne un peu dans leur discographie, Project 1950, où ils reprennent des tubes des fifties à une allure un peu plus speed... 
Notamment Donna (un slow de Richie Valens, créateur de la Bamba….), avec Marky Ramone aux drums…


Etienne Frelet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire