vendredi 1 décembre 2017

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil... ou presque

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil... ou presque.

Tout le monde il est  beau
Tout le monde il est  beau, tout le monde il est gentil

Jean Yanne ne serait pas rock?

Évidemment, il le laisse entendre dans une chanson enregistrée en 1962: J’aime pas le rock, twist diabolique où il slame désobligeamment sur le noble genre. Pourtant, permettez-moi de reproduire un extrait de la chanson titre de Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, film sorti en 1972:
Quand dans le ciel calme, l’avion par-dessus les toits, verse son napalm sur le peuple indochinois, quand c’est la fringale, lorsqu’en place d’aliment, les feux du Bengale cuisent les petits enfants. Dans la tiédeur de la nuit, la prière est mon appui, car je pense à Jésus Christ, celui qu’a dit: Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil!

Alors, pas rock’n’roll Jean Yanne?

Jean Yanne : J'aime pas le Rock


En 1973, dans Moi y’en a vouloir des sous, il filme Magma dans une église. Le groupe y entonne une des chansons aux accents gutturaux dont il a le secret. Le débat est clos.

Magma - Moi y’en a vouloir des sous
Cette BO contient son lot de diversités. On y passe du jerk de Jésus rend moi Johnny, au tango de Jésus tango, de la pop orchestrée de Symphonie ciné qua non ou Tilt pour Jésus Christ à la pseudo sonate au clair de lune revue en air de samba de Symphonie pour odeur et lumière, du swing de Notre père sur mesure au blues de Jésus San Francisco et ainsi de suite, le pire cauchemar d’un catholique mélomane pratiquant. Pourquoi le pire cauchemar? A cause des paroles. Plus athée tu meurs! A la plume: Jean yanne, à la baguette: Michel Magne. Affirmatif, le compositeur de cette symphonie pour turgescences pré adolescentes qui rythmait la série des Angélique Marquise des anges. Autres Energie Musique à houx hard à son tableau: Les tontons flingueurs, Ne nous fâchons pas, la série des Fantomas … etc, magnificences des 60’s à l’état brut! Mais un 33 tours peut bien contenir les meilleures chansons du monde, si le son n’y est pas…
studio hérouville
Studios du Chateau d'Hérouville

Derrière la console siège un certain Dominique Blanc Francard, le plus doué des Ingés son dans le plus prestigieux des studios d’enregistrement français: le Château d’Hérouville. La liste impressionnante des groupes (Grateful Dead, T Rex …) et de chanteurs internationaux (David Bowie pour Pin-ups et Low, Elton John…) qui sont venus enregistrer dans ce lieu parle pour lui. Orfèvre de tous les genres, et accessoirement géniteur de Sinclair, Dominique Blanc Francard est aussi bien crédité sur The slider de T Rex que sur un Lp de M. Delpech et son addictif  Tu me fais planer. Au début des 80’s, personne n’échappant au Metal, il cartevisite sur le 1er album de Warning, étalon français du genre.

Jean Yanne : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil


Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil figure une critique sans concession du fonctionnement des radios doublée d’une diatribe cinglante sur l’engouement général pour Jésus Christ et le mouvement Flower Power qui gagnait les contemporains du film. Le jingle: «Radio plus, radio plus, radio plus ! Jé-é-suuuus » souligne admirablement le contenu. Et puis, quelle distribution! Bernard Blier, Jacques François, les Frères ennemis, un monde disparu qui n’aurait fait qu’une bouchée de la morosité ambiante. Reste Daniel Prévost

Encore une chose autour de 1972. J’étais alors à l’école primaire, à l’aube de partir affronter le collège. Suite à une malencontreuse histoire de taille-crayon abîmé, un garçon d’un an mon aîné décida que je devais lui verser une dîme lorsque l’envie l’en prenait. Un refus de ma part me promettait d’être jeté au sous-sol de notre école du haut de la volée de marches qui y menait. Un camarade de classe, devant ma grise mine, se préoccupa un jour du pourquoi. Je lui expliquais le racket dont j’étais victime. En récréation, il me fit désigner du doigt le racketteur. Il se dirigea vers lui, me pointa à son tour du doigt et lui décocha ce qu’il était commun d’appeler «un pain dans la tronche». L’impôt était levé.
Ainsi, tout le monde il n’était pas beau, tout le monde il n’était pas gentil. Et encore, existait-il moult variantes! Mon racketteur n’était ni beau ni gentil pour moi alors que mon copain, oui. Par contre, ce dernier n’était ni gentil ni beau pour l’autre alors que moi certainement pour lui. La vie s’annonçait compliquée… 

Thierry Dauge


Aucun commentaire:

Publier un commentaire