mercredi 22 novembre 2017

Les Stunners

Les Stunners

Les Stunners
Les Stunners

Les Stunners : un album et puis s’en va…

Un style de musique n’a jamais vraiment percé dans l’Hexagone: le Rhytm'n'blues. Les States ont eu Sam Cooke, Otis Redding ou James Brown. Nous, nous avons eu Vigon (dans le milieu des sixties) et puis… plus rien.

VIGON : Harlem shuffle


Plus rien, jusqu’en 1982 ou apparaît le groupe qui nous intéresse aujourd'hui: les Stunners!

Crée en 1978 à st Ouen, le line-up original comprend: Claude Fort à la basse, Hubert Evrard à la batterie, Philippe Bouchey à la guitare et au chant, Rachid Kheloufi à la guitare, Georges Belicha au piano et Said Houmanoui au sax. En 1981, lors d’une tournée, ils offrent aux spectateurs un 45 tours auto-produit. Puis, Alain Bentabou remplace Claude à la basse, mais surtout arrive à l’harmonica et au chant un transfuge de Little Bob Story, Mickey Blow. Son apport sera déterminant dans le son du groupe. En 1982 sort leur premier titre Sans revenir, enregistré au studio Garage

Les Stunners : Sans revenir




Leur premier simple sort chez Virgin, Quand j’ai besoin de toi, suivi par l’album en 1984: Rockomondo. Superbe album qui regorge de pépites, portées par la voix rauque de Philippe Bouchey

Stunners : Quand j'ai besoin de toi




Mais les Stunners en Live, c'était avant tout une énergie rock'n'roll aux accents parfois rythm'n'blues. La séquence qui suit malgré la qualité vidéo d'époque atteste de l'essence Rock et de la présence scénique du groupe, ça donne envie...

Les Stunners Live au Printemps de Bourges



Mais ce groupe, qui avait tout pour devenir un Dr Feelgood à la française, splitte après cet unique LP. Mickey Blow jouera avec Johnny Thunders et Dick Rivers. Il officie désormais avec le Blues Bastard Band de Little Bob. Quant à Philippe Bouchey, il devient prof de français dans un bahut de la région parisienne. Je vous dit, le Rock mène à tout...

Etienne Frelet 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire