mercredi 18 octobre 2017

System Of A Down

System Of A Down

System Of A Down

SYSTEM OF A DOWN ou le Système en question


L’Histoire du groupe commence véritablement avec Toxicity - 2001. Une écoute en fin de soirée ou en début de matinée, la fumée combinée à la bouteille vous rend hésitant. C’est qu’il fut un temps où la straight attitude n’imposait pas encore son dictat! Nonobstant, il existe beaucoup mieux! En lieu et place des liquides fermentés, pour combattre les états sub dépressif, la trithérapie: Chop suey , ATWA  et Aerials devrait être remboursée par la Sécurité Sociale. Ces trois titres guérissent de tous les maux, assurent une prise en charge électrique à 100%. Comme le chocolat: Tous les plaisirs! Mais ce qui va suivre gravite encore plus haut! Mezmerize - 2005. Ce disque est d’une beauté à couper le souffle. Voilà ce qu’on ne peut s’empêcher de penser à la première écoute puis toutes les autres fois où l’on se donne l’opportunité de l’écouter à nouveau. Il s’agit de métal dont le façonnage, loin des méthodes de certains sidérurgistes, s’apparente, même barbelé, à de la dentelle. Le travail sur les mélodies est énorme. Les harmonies vocales en duo, aériennes ou hurlées, subliment l’élévation progressive vers l’adoration de celui ou celle qui en profite. 35 à 40 minutes d’audition attentionnée et vous passez du plancher des vaches aux cotonneux nuages. Les rythmiques saccadées, rafales de mitrailleuse 12’7 mm, associées aux chants calligraphiés lorgnent du côté des drogues dures. Vous testez? Vous êtes harponnés. 

System of A Down : Chop Suey


Le néophyte peut s’initier à la façon particulière dont D. Malakian manie le riff en écoutant un maître du genre, un initiateur: Diamond «Dimebag» Darrell, le guitariste barbichu de Pantera. Il atteint les sommets de son art sur The great southern trendkill - 1996, un manifeste de puissance. Mezmerize est de cette trempe. Un saupoudrage d’éléments incongrus en sus. Dans le désordre: des voix de cartoon, de l’accordéon et /ou du bandonéon, de la mandoline, le flirt avec un générique de série télévisée Dallas traité rock fusion et parsemé de Shit on TV! Une sorte de nostalgie énervée émerge de l’ensemble. Enervée car, même sans saisir le sens de toutes les paroles, les thèmes égalitaires, anti trusts, altermondialistes ou pro-écolo semblent garnir le fond du sillon, la médaille du morceau le plus revendicatif revenant à Radio/video.

Sytem of A Down : The Great SOUTHERN Trendkill


A la production de Mezmerize, on trouve Rick Rubin, futur célèbre producteur, et Daron Malakian, pourfendeur de riff et hurleur du clan. Ils font sonner la batterie comme l’instrument de musique qu’elle est et non comme une boite à rythme. Un engagement de cet ordre fait toute la différence entre un groupe d’hommes: System of a Down, et une réunion d’adeptes des cadences infernales de type Tayloriens. Le son des guitares, quant à lui, s’enlumine d’éclairs de médiators plutôt que de cavalcades de tapping. Ce disque pisse la sueur où d’autres enfument l’auditeur à l’aide d’un rack d’effets: un point pour l’humanité, zéro pour les machines. Le grand final: Lost in Hollywood, à base de chœurs à destination du cœur, sert à merveille l’ouverture vers  Hypnotyse, l’album suivant.

System Of A Down - Radio / Video 


Le format Lp vinyle de Mezmerize n’existe qu’en  Picture Disc. Il circule des on-dit sur la piètre qualité du son de ces galettes imprimées. C’est probable car vérifié sur d’autres enregistrements. Celui-là sonne fort et convenablement. Et puis, face à l’ivresse qu’il procure, l’éventuel bruit de fond inhérent à ce procédé compte pour du beurre: «Du Métal Arménien? Pourquoi pas du bouzouki Gabonais! Tu délires? ». Si eux délirent par place, moi pas.
System of A Down
System of A Down
Je vois SOAD le 6 juin 2011, en VIP dans le Club des Loges de l’ex POPB. Entrée gratuite, amuses gueules et champagne servis à volonté, un comble! Assister à la prestation d’un groupe qui prône l’égalité des classes dans des conditions de nabab! Par contre, pour le son… par rapport à la scène, loges sises tout en haut, à droite de la structure … les nababs ne peuvent quand même pas tout posséder. 

Thierry Dauge 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire