samedi 9 septembre 2017

John Peel - Animateur radio - DJ et légende du Rock

John Peel - Une légende du Rock

John Peel

Une légende de la culture musicale

John Peel est une légende de la culture musicale, une légende du rock très certainement, bien qu'il ne soit ni musicien ou artiste, mais plutôt une sorte d'incubateur de talent. Il est également et surtout une légende radiophonique, puisqu'il fut animateur pendant 37 ans notamment à la BBC sur Radio 1. John Robert Parker Ravenscroft devenu John Peel à ses débuts en radio, commence sa carrière dans les années 60 à Dallas aux Etats-Unis alors qu'il a suivi son père, puis de retour à Londres en 1967, il intègre Radio London, une radio pirate où il anime de minuit à deux heures du matin l'émission The Perfumed Garden. L'aventure ne dure que quelques mois, Radio London fermant ses portes suite aux pressions effectuées par le gouvernement. Pour John Peel, c'est le départ d'une longue aventure. Le 14 août 1967, il intègre l'équipe de la station pop de la BBC, Radio 1

The Jam - Peel's Sessions - 1977


Peel Sessions, une idée simple mais géniale

Sur Radio 1, les contraintes radiophoniques sont bien plus importantes, la station se doit en effet de diffuser de la musique en Live (bien souvent à l'époque des orchestres), et John Peel a alors l'idée de proposer une émission dans lesquelles des groupes, le plus souvent méconnus viendraient jouer et enregistrer en Live. Les Peel Sessions vont alors prendre naissance et bientôt devenir un catalyseur de la scène rock indépendante britannique. L'émission est devenue au fil des années un phénomène mondiale, accueillant aussi bien des groupes méconnus que des stars. Plus de 4000 sessions, la liste est longue, mais on peut citer entre autres Siouxsie and the banshees, le Clash, The Cure, Undertones, Buzzcocks, White STripes, Led Zeppelin, Pink Floyd, Jimi Hendrix, Bob Marley, The Smiths, Nirvana, Pulp... Deux mille artistes ont enregistré lors de ces sessions recensées par le site de la BBC avec également de nombreux concerts aujourd'hui accessibles sur Youtube.
Parmi les légendes Rock ayant participé aux Peel Sessions, David Bowie avait notamment des paroles particulièrement reconnaissantes à l'égard de John Peel.

Pour le soixantième anniversaire de John Peel, David Bowie déclarait en public:
«Quand nous nous sommes trouvés ensemble sur la tournée de T. Rex  - en 1969, Bowie faisait la première partie - et que je faisais un numéro de mime reproduisant l’invasion du Tibet par les Chinois, disait-il à John Peel, tu as décrété que le problème, avec moi, c’était le mime. Tu n’aimais pas le mime. En fait tu avais raison, personne n’aime le mime, mais il a fallu que j’aille en Amérique pour m’en apercevoir. Merci du conseil, je suis heureux d’avoir continué dans la chanson.»

Bowie, à une époque où il n'était encore qu'un inconnu, avait tenté de s'introduire à la BBC. C'était une période où le rock passait soit à des heures tardives, soit le week-end telle une musique de seconde importance.

"J’ai fait une audition et j’ai échoué" racontait Bowie.
Le commentaire disait :
"Ce chanteur manque totalement de personnalité et toutes ses notes sont fausses.”
Bowie raconte que John Peel a personnellement pris l’initiative de le convoquer à nouveau deux ans plus tard afin de lui offrir : «la chance de passer toute sa vie à chanter faux».

David Bowie - Concert Peel Sessions - 3 juin 1971


John Peel malgré sa très longue carrière à la BBC a souvent été en désaccord avec sa hiérarchie, n'hésitant pas à contrecarrer les décisions et à maltraiter les règles, se comportant parfois comme un véritable dissident de la Radio1.

Quelques exemples:

Il lui arrive parfois lorsqu'il trouve un album génial, de le diffuser intégralement à l'antenne, laissant les "blancs" entre chaque morceaux, il l'a notamment fait avec des albums de Mike Oldfield, The Fall ou Cocteau Twins...
Il sera également le premier a diffuser le sulfureux God Save The Queen des Sex Pistols en 1977, un titre pourtant interdit de diffusion sur sa radio... la BBC!
Autre coup de théâtre, en 1976, John Peel diffusera en entier l'album Desire de Bob Dylan alors même que Capital Radio en avait obtenu l'exclusivité. En 2003, il réserve le même sort à l'album Elephant de White Stripe.
Un peu rock'n'roll, parfois limite borderline,  ce passionné de musique, découvreur de talents, apportera un témoignage musicale inestimable grâce à ses Peel Sessions dans lesquelles il va enregistrer près de 4000 sessions avec environ 2000 artistes différents.

Ken Garner, collaborateur de John Peel, raconte :

Il y a ceux qui croient qu'il y avait un certain système mis en place, avec des réunions dans lesquelles on étudiait de près les Charts. John et moi faisions la liste des groupes qui n'avaient pas enregistré de session, éliminant ceux dont le travail ne nous plaisait plus, et plus rarement, ceux dont le statut de célébrité de fraîche date pouvaient signifier que leurs agents, ou leurs maisons de disques viendraient ensemble contrecarrer nos tentatives de ré-enregistrements de leurs titres. Nous ajoutions aussi à la liste, les noms d'artistes que nous avions entendus et avions aimés sur les démos que nous recevions, ou lors de leurs prestations..." 
peels et undertones
John Peel avec le groupe Undertones

John Peel avait parfois des coups de cœurs véritables, il les défendait corps et âmes, avec la plus grande sincérité,  n'hésitant pas encore une fois à casser les codes afin de partager ses découvertes. Ce fut notamment le cas pour les Undertones, un groupe punk venu du nord de l'Irlande qui avait sorti en 1978 un premier 45 tours incroyablement percutant sur le label Good Vibrations de Belfast. Dès sa sortie, John Peel déclare haut et fort que Teenage Kicks est sa chanson préférée de toute l'histoire. Une chanson parfaite!
Il ne changera d'ailleurs jamais d'avis jusqu'à sa mort en 2004. Sur son épitaphe, il est inscrit: «Teenage dreams so hard to beat», la première phrase de Teenage Kicks, l'hymne punk de 1978.
Teenage Kicks a été enregistré dans un studio de Belfast en 1978 et a d'abord été défendu par l'imprésario punk local Terri Hooley, sujet du biopic Good Vibrations.
Peel a ensuite défendu fermement son coup de cœur, n'hésitant pas à faire un truc inédit dans son émission sur Radio 1, en diffusant deux fois de suite le titre Teenage Kicks des Undertones.
Anti-conformiste,  anti-radiophonique certes, mais tellement bon!

Auguste Marshal

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire