mercredi 26 juillet 2017

One two three four - Ramones - La BD

One Two Three Four - Ramones - La bande dessinée

One two three four : Ramones
One two three four : Ramones

No Future

Dee Dee Ramone racontant l'histoire du quatuor punk, telle est l'idée de One two three four Ramones. La BD plonge dans les bas-fonds new-yorkais en compagnie d'un groupe des plus improbables. Marchant sur les traces d'Iggy & the Stooges, ces quatre paumés vont traverser le rock comme une comète. Au départ, ces quatre types n'avaient pas grand-chose pour eux. Créer les Ramones fut la condition de leur (courte) survie. Nés entre 1948 et 1951 dans des familles assez marquées, un seul d'entre eux (Tommy) verra la décennie 2010. Alcoolisme, drogue, violence, prostitution marquent les jeunes années de Dee Dee, Johnny donne dans la petite délinquance, tandis que Joey cumule une maladie génétique et des troubles du comportement. Quant au mutique Tommy, il vient d'une famille juive hongroise, rescapée de l'Holocauste et de l'invasion de la Hongrie par les troupes soviétiques. 
À eux quatre, ils présentent une jolie brochette de troubles psychologiques en tous genres. Bref, pas de quoi faire des jeunes gens sains, épanouis et bien dans leur peau. Totalement inexpérimentés en matière musicale (en dehors de Tommy, leur batteur, plutôt spécialiste du son), l'émergence du mouvement punk new-yorkais va transformer leur  No Future en une petite lumière au bout du tunnel: «s'en sortir par la musique». 

The Ramones : Sheena is a punk Rocker


La plupart de leurs morceaux, enchaînés sur un rythme frénétique et un tempo d'enfer ne brillent pas par la virtuosité, mais leur énergie est à l'image d'une génération qui, à New York et à Londres, invente un mouvement en réaction contre les «fonctionnaires» de la musique et leurs solos de 4 minutes. Très documenté, cet album en noir et blanc, simple comme les pochettes et le look des Ramones (jeans troués, baskets pourries, cheveux longs et perfectos râpés) est une mine référentielle sur l'ambiance d'une époque qui vit émerger une nouvelle génération musicale, avec Television, Blondie, Richard Hell ou Patti Smith dans une version plus «cultivée».

Éric Cartier au dessin, Bruno Cadène et Xavier Bétaucourt au récit, ont fait un travail de bénédictins pour restituer cette ambiance particulière en évitant la caricature et en restant au plus près de la réalité. Sexe, drogue et rock'n'roll, tout ce qui déplaisait aux parents — et donc plaisait à leurs enfants — était réuni dans les Ramones qui ont aujourd'hui des plaques de rues à leur nom et un musée à Berlin…

One two three four Ramones : Bruno Cadène et Xavier Bétaucourt. Dessin Éric Cartier. 96 pages, 20 euros.  Bande dessinée éditée par Futuropolis -
Article de Dee Brooks parue initialement sur le site www.nvo.fr

Dee Brooks

One Two Three Four Ramones - Extrait
One Two Three Four Ramones - Extrait

Aucun commentaire:

Publier un commentaire