samedi 10 juin 2017

The Clash - White Riot

The Clash - White Riot

The Clash - White Riot
The Clash - White Riot

"Tu prends le pouvoir ou tu reçois des ordres?" 

Joe Strummer - White Riot 

White Riot le premier single de The Clash publié en 1977 est une chanson, dense, courte et tendue. Un véritable hymne de Clash, assez fortement inspiré musicalement par l'esprit des Ramones... Trois accords plaqués, précédés dans la version originale par un "one - two - three - four" de Mick Jones, probablement en forme de clin d’œil. Beaucoup plus connue, la seconde version sortie deux ans plus tard, débutera elle par une sirène de police.

Les paroles de White Riot sont inspirées par les émeutes de Notting Hill dans l'ouest de Londres le 30 août 1976. Ce carnaval qui était à l'origine une célébration de la culture caribéenne se transforme rapidement en carnage. A la suite de l'arrestation d'un pickpocket, une violente bagarre éclate entre la foule et les policiers blancs. Une centaine de policiers et une soixantaine de spectateurs sont hospitalisés. Joe Strummer, Paul Simonon, et leur manager Bernie Rhodes sont dans la foule, témoin de cet affrontement qui inspirera l'année suivante l'écriture du premier single de Clash: White Riot.
Stigmate de cet évènement, la photo au dos du disque montre des policiers casqués en train de poursuivre une bande d'émeutiers.

The Clash : White Riot


La dimension sociale et ethnique du texte conduira Joe Strummer à s'expliquer de nombreuses fois concernant la signification des paroles, indiquant qu'il n'appelait ni à la violence, ni au racisme, mais qu'il  invitait plutôt la jeunesse blanche à se rebeller pour une véritable cause.

Dans une interview au NME, Joe Strummer déclare:
"La seule chose que nous disons sur les noirs est qu'ils ont leurs problèmes et qu'ils sont prêts à y faire face. Mais les hommes blancs, ils ne sont tout simplement pas prêts à y faire face. Trop douillet. Ils ont des stéréos, des drogues, des hi-fis, des voitures. Les pauvres noirs et les pauvres blancs sont dans le même bateau"
The Clash
The Clash
Par la suite, White Riot qui fut parfois prétexte à déclencher des échauffourées lors des concerts, fut également une source conflictuelle pour le groupe, Mick Jones refusant parfois de la jouer sur scène. 
Joe Strummer et Mick Jones ont pourtant joué ensemble White Riot une dernière fois le 15 novembre 2002 lors d'un concert de soutien aux pompiers de Londres. Mick alors dans la salle pour cette prestation de Joe avec The Mescaleros, monte alors sur scène en plein milieu de Bankrobber. Ils joueront également London's Burning et White Riot
Ironie de l'histoire, Joe Strummer décède un mois plus tard des suites d'une maladie cardiaque jamais diagnostiquée, le 22 décembre 2002. 
Auguste Marshal
 

White riot, I wanna riot
"White riot, a riot of my own [...] - Black people gotta a lot of problems
But they don't mind throwing a brick White people go to school
Where they teach you how to be thick [...] Are you taking over?
Or are you taking orders?

Emeute blanche, je veux une émeute - Emeute blanche, une émeute à moi [...] Les Noirs ont plein de soucis
Ça ne les empêche pas de jeter des pavés - Les Blancs vont à l'école -
Où on leur apprend à devenir gras [...]
Tu prends le pouvoir? Ou tu prends des ordres?"



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire