samedi 3 juin 2017

Siouxsie et Robert

Siouxsie Sioux et Robert Smith

Siouxsie et Robert Smith
Siouxsie et Robert Smith

«Avoir été leur guitariste a vraiment changé ma vision de ce que je faisais.» Robert Smith

(Citation extrait de la bio de Siouxsie - Mark Paytress) 

Été 1979, Siouxsie and the Banshees devenus alors un groupe incontournable de la scène britannique, entament la tournée de leur deuxième album Join Hands. Les concerts sont devenus de véritables cérémonials rock emmenés par la personnalité exceptionnelle et exubérante de leur chanteuse Siouxsie Sioux. Pourtant, dans ce contexte musicalement favorable, un conflit éclate entre les musiciens, provoquant le départ de leur guitariste, l'excellent:  John Mc Kay.
Steve Severin bassiste de Siouxsie, qui s'est alors lié d'amitié avec le guitariste du groupe qui assure la première partie, lui propose d'assurer l’intérim. Le jeune guitariste un peu timide n'est autre que Robert Smith, également chanteur d'un jeune groupe prometteur mais encore assez peu connu: The Cure. Pendant une série de plusieurs concerts, Robert Smith enchaînera les prestations de son groupe au chant et à la guitare suivies par celles de Siouxsie en tant que guitariste... sacré challenge!
Siouxsie et Robert Smith
Siouxsie et Robert Smith
En effet, bien que les Cure aient démarré en 1976, la première signature sur le label Fiction Records datait de 1978 avec la rencontre de Chris Parry, ex-manager des Jam. En décembre 1978, Cure sort le 45 tours Killing an Arab, un premier buzz en forme de malentendu, puisque le titre est récupéré un temps par le parti d'extrême droite. Robert Smith, on le sait aujourd'hui, s'est en fait inspiré du roman d'un écrivain français  l'Etranger d'Albert Camus. L'album Three Imaginary Boys suivra en mai 1979 avec un accueil assez positif, malgré une certaine insatisfaction dont Robert Smith parlera longtemps. Et c'est dans ce contexte de découverte que le nouveau groupe britannique The Cure entame la tournée des festivals d'été en première partie de Siouxsie and The Banshees

Cure Killing an arab


Robert Smith était là pour assurer l'intérim guitaristique pour les Banshees, le groupe de la belle et ténébreuse Siouxsie  et à la fin de la tournée, c'est John McGeogh, ex "Magazine" qui prendra le relais, débutant une nouvelle ère pour les Banshees. Il n'est pas le seul nouvel arrivant, changement également de batteur et non des moindres, puisque la nouvelle assise rythmique est assurée par Budgie, l'ancien batteur de The Slits, qui deviendra également par la suite le compagnon de Siouxsie. Le guitariste John McGeogh quant à lui, restera deux ans au sein des Banshees. On lui doit notamment la participation à l'album Kaleidoscope, un disque sans doute moins homogène, mais détenteur de petits bijoux, certes un peu plus pop, tels que Happy House ou encore Christine. Il fut également de la partie pour l'album Juju en 1981 (Spellbound, Arabian Knights...)et le 5ième album A Kiss in the Dreamhouse, un album empirique doté d'un orchestre à cordes dont le succès et l'accueil est manifeste. Pourtant malgré cette expérience aussi fructueuse qu'enrichissante, John McGeogh quittera le groupe peu de temps après la sortie de l'album. Il demeure pourtant reconnu par tous,(même par Siouxsie avec qui il s'est brouillé), comme le meilleur guitariste de toute l'histoire du groupe. Il faut dire que la Grande Prêtresse Gothique a une réputation d'emmerdeuse caractérielle... son exigence musicale, son fort caractère et son parlé brut furent sans doute à l'origine d'un important Turn Over au seins des membres des Banshees, et notamment en ce qui concerne le poste de guitariste.

Siouxsie and the Banshees : Nocturne - 1983


Quoi qu'il en soit, le départ de  John McGeogh intervient au plus mauvais moment. Siouxsie and the Banshees en pleine vague de succès prépare une tournée mondiale, et la place intérimaire revient une nouvelle fois à leur ami Robert Smith, qui cette fois-ci restera deux années complètes, de 1982 à 1984. La tournée d'une ampleur colossale sera consacrée par l'enregistrement d'un Live: le très bel album Nocturne, en 1983. Cette gigantesque tournée a épuisé le groupe qui se dilue quelques temps dans la réalisation d'autres projets afin probablement de se ressourcer. Siouxsie et Budgie se consacrent à leur nouveau groupe: The Creatures et sortent l'album Feast tandis que Steve Severin et Robert Smith se lancent dans un nouveau projet avec la formation de The Glove, nom emprunté au méchant dans le film des Beatles «The yellow submarine». The Glove ne sortiront qu’un seul album The blue sunshine... il s'agit en réalité du nom d’une variété de LSD.

iouxsie and the banshees et The Cure
Siouxsie and the Banshees et les Cure  aux studios Morgan à Londres - De gauche à droite : Robert Smith, Laurence Tolhurst, Michael Dempsey, Budgie, Steven Severin et Siouxsie Sioux.
Siouxsie and the Banshees reprennent les chemins des studios en 1984. Ils graveront donc un album en compagnie de Robert Smith: Hyæna. Mais Robert a déjà la tête ailleurs, son remède, tout le monde le sait, s'appelle The Cure. Il prépare la sortie du nouvel album des Cure, à la fois pop et psychédélique, composé pratiquement en solo. The Top est un disque expérimental et parfois décrié, mais que je trouve tout bonnement puissamment créatif. Lol Tolhurst quitte la batterie pour prendre la place de clavier, il a par ailleurs participé à quelques compos dont le succulent Bird Mad Girl. En mai, Robert quitte définitivement Siouxsie and The Banshees afin de porter son projet qui, on le sait tous, le conduira aux sommets. Siouxsie and the Banshees quant à eux continuent leur route, usant à nouveau les guitaristes en poste. Robert Smith sera remplacé pendant une courte période par John Carruthers, puis par Jon Klein.

Auguste Marshal

The Glove
The Glove - (Robert Smith - Steve Severin)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire