vendredi 21 avril 2017

L' exil français de Joe Strummer - Clash -1982

L' exil français de Joe Strummer - Clash - 1982

Joe Strumme
- Joe Strummer -

French kiss, juste avant Combat Rock

En avril 1982, trois semaines avant la sortie de Combat Rock le cinquième album des Clash, Joe Strummer alors au sommet de la renommée de son groupe disparaît brusquement de la circulation. Strummer en pleine promo décide de s'exiler en France sans avertir ni le groupe, ni leur manager.

En vérité, la réalité vue de l'intérieur semble un peu moins romancée. Eric Julien (administrateur de l'excellent groupe Facebook The Clash On Parole) nous apporte son éclairage en commentaire :
"C'est Bernie qui lui a suggéré de partir pour faire le buzz comme on dit maintenant... Les billets de la tournée en Angleterre ne se vendaient pas énormément... A Paris malgré la barbe, un fan l'a reconnu... A cette époque l' union du groupe était dissous."
Pendant son séjour en France, Strummer a vécu avec sa petite amie Gaby Salter et l'histoire raconte que le couple aurait couru le Marathon de Paris. Gaby n'aurait pas terminé la course contrairement à Joe, et aucun d'entre eux n'a officiellement été enregistré, ce qui expliquerait l'absence d'un dossard sur la photo. Quand à la barbe... incognito Mr Strummer.

Joe Strummer et Gaby Salter
Joe Strummer et Gaby Salter

Un régime de sportif

Interviewé par le magazine Steppin' Out en 1999, Strummer a révélé son régime de sportif anti-conformiste pour la préparation de cette grande course. Un coaching sportico-Rock'n'Roll... 10 pintes de bière la nuit d'avant, et aucun entrainement depuis au moins quatre semaines, sacré Joe!

Strummer
Strummer
Ce n'était d'ailleurs pas la première fois que Joe Strummer courrait un marathon, on a pu le voir en 1981 au marathon de Londres et également en 1983 toujours à Londres où il aurait déclaré avoir couru en 4 heures et 13 minutes, un excellent temps pour un parcours de 26.2 miles. 
C'est un fait, certes, mais sincèrement, on le préférait avec un micro et une guitare!

Auguste Marshal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire