mercredi 29 mars 2017

Radiohead : Ok Computer

Radiohead : Ok Computer

Radiohead - Ok Computer
Radiohead - Ok Computer

Ok Computer, vingt ans déjà

Ok Computer, 16 juin 1997, plus de vingt ans que cet album a fait éruption dans mes oreilles, comme un intrus, sans prévenir. J'en parle ainsi car il faut bien avouer qu'à l'époque je n'étais pas vraiment scotché par la musique de Radiohead. Le succès de Creep sur le premier album m'avait plutôt donné la sensation d'un énième tube éphémère monté rapidement dans les charts pour n'amorcer que plus vite la descente aux oubliettes, et le deuxième album The Bends, bien que très bon avec le recul, m'était passé largement au dessus de la tête. C'est donc avec un état d'esprit limite réfractaire que j'abordais la découverte de ce disque au succès fulgurant. L'album de la consécration, comme disent certains, en tout cas l'album qui consacra mon admiration pour le band de Thom Yorke.

Radiohead
Il y avait dans ce disque à la fois l'expression des racines rock des trente dernières années et une extraordinaire modernité dans le choix de la structure des morceaux et des sonorités, un sens affiné de la composition, tel un tableau abstrait laissé à la folie de son créateur et pourtant parfaitement maîtrisé. Ok Computer semblait ignorer la dictature de la standardisation du format radiophonique, le groupe avait enfin obtenu carte blanche de la part de sa maison de disque, et n'hésitait pas à envoyer pour premier single les sept minutes foudroyantes de Paranoid Android. Une apparente ballade douce en fréquence, mélancolique à souhait, soudain déstructurée à mi-parcours pour se transformer en démon de feu, puis à nouveau nous bercer dans les affres de la nostalgie avec toute l'incertitude d'un lyrisme presque désuet...
Quelque chose d'alchimique, ça fonctionne à merveille, même vingt ans plus tard.

Radiohead : Paranoid Android


A l'approche du travail de création, il était plus ou moins convenu d'élaborer une suite à l'album The Bends mais l'ampleur du travail entrepris par Radiohead en studio a rapidement dépassé les espérances. C'est finalement Thom York qui en parle le mieux:

"Je voulais faire un petit disque sympathique à écouter en mangeant ; mais maintenant, je me rends compte qu'on ne peut pas manger en l'écoutant, c'est totalement impossible."
Radiohead
Radiohead

OK Computer compte son lot de ballades poignantes, de petits joyaux à pleurer tel l'élégant No Surprises que l'on retrouvera en 2002 dans la bande originale du film de Cédric Klapisch: L'auberge espagnole, mais également le sombre Exit Music (for a film) crée en 1996 pour la bande originale du film de Baz Luhrmann: Roméo + Juliette. Radiohead enregistrera également pour ce film le titre Talk Show Host et c'est finalement cette version remixée par Nellie Hopper qui figurera sur la BO officielle de Roméo + Juliette. Elle n'apparaîtra pas sur Ok Computer, mais force est de reconnaître le caractère inouï de ce titre, flirtant avec le Trip hop, baignant dans une atmosphère lourde et pesante, et nous entraînant une fois de plus dans la noirceur abyssale de l'univers torturé de Thom York.

Radiohead : Talk Show Host


Difficile lorsqu'on parle de cet album exceptionnel de ne pas citer un par un chacun des titres, de l'entrée avec Airbag sur un riff ravageur et une rythmique invraisemblable, à la perfection mélodique de Karma Police. De l'incroyable Subterranean Homesick Alien au final grandiloquent de The Tourist, ultime chanson subtile et cosmique qui submerge l'auditeur médusé que je suis, aspiré par cet univers inspiré où la mélancolie s'efface dans les envolées d'un solo de guitare déchirant.
Que voulez-vous, vingt après, Ok Computer me fait toujours autant rêver. Et si vous n'êtes pas convaincu, reste à écouter la voix synthétique de l'ordinateur dans Fitter Happier qui vous explique ce qu'il faut faire pour être heureux. Peut-être une certaine vision de l'avenir...


Auguste Marshal

Précisions : 

  • La pochette de l'album contenant images et textes dont certains seraient en espéranto a été créée par Stanley Donwood, graphiste attitré du groupe Radiohead.
  • En 2001, le magazine Q classe l'album numéro 1 dans une liste des 50 meilleurs albums des quinze dernières années.
  • En 1998, lors de la 40ième cérémonie des Grammy Awards, OK Computer reçoit la récompense de la meilleure performance musicale alternative.
  • Ok Computer a été sélectionné pour être conservé à la bibliothèque du Congrès de Washington pour son apport à la culture mondiale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire