samedi 4 février 2017

The Damned

Phantasmagoria

Damned - Phantasmagoria
Damned - Phantasmagoria

Les Damned sont certainement l'un des phénomènes les plus énigmatiques parmi les groupes pionniers de l'explosion punk en 1977. Bien sûr dans l'ombre des Sex Pistols ou des Ramones, ils peuvent cependant se targuer aujourd'hui d'avoir embrassé le glas de la longévité, malgré une carrière faite de hauts et bas, de séparations et parfois de retours, et un style musical évoluant au fil des ans et des expériences. Pas question de résumer leur histoire en quatre coups de cuillères à pots, les Damned ont connu plusieurs cycles d'évolution, notamment en 1985 avec la réalisation de Phantasmagoria, un album d'inspiration gothique.

The Damned : Street of dreams - 1985


Avec le départ de Captain Sensible, le groupe se détache de l'humour décalé et de l'énergie brute pour se concentrer sur une construction plus sérieuse, plus grave dans le ton et l'intention avec la volonté de dégager une atmosphère cold et étherique, quelques part entre la volupté et l'angoisse. 
C'est en quelques sortes la réalisation du fantasme du chanteur Dave Vanian, qui arborait déjà depuis plusieurs années un look de vampire de seconde zone. La pochette en noir et blanc participe également de cette atmosphère ténébreuse parfaitement orchestrée. 

The Damned : Is it a dream - Phantasmagoria


La voix grave et suave de Vanian a gagné en profondeur et en justesse et côté production, on bascule vers des influences plus New Wave avec l'apport d'un saxophone (ce n'est vraiment pas ce que je préfère), de cuivres et de longues nappes de synthés, le tout harmonisé sur des rythmiques plus calme et qui gagnent en profondeur. 
Dave Vanian
Dave Vanian
L'atmosphère générale dégage pourtant une puissance maîtrisée, une évolution musicale à mon sens nettement réussie, tel un second souffle pour The Damned qui au passage redore son blason au niveau des ventes... un disque que j'écoute encore régulièrement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire