samedi 3 décembre 2016

Rolling Stones

Rolling Stones : Blue and Lonesome

Rolling Stones : Blue and Lonesome
Rolling Stones : Blue and Lonesome
Tout le monde en parle, 11 ans après A Bigger Bang, les Rolling Stones viennent de sortir un nouvel Opus Blue and Lonesome. Même plus besoin de mentionner le nom sur la pochette, la fameuse langue tirée, conçue en 1971 par le graphiste John Pasche, suffit à les identifier: sobre mais efficace. Côté musique, on a fait soft et efficace également. Le projet de création s'est transformé lors de l'expérience studio en un album de 12 incandescentes reprises de Blues.
Le premier extrait Ride ‘Em On Down, est une reprise de Shake ‘Em on Down du bluesman américain Bukka White. Le clip nous envoie du cliché tape à l’œil et sulfureux grâce au déhanché de la séduisante actrice Kristen Stewart démarrant tambour battant une splendide Mustang. Et oui, ce sont Les Stones, et ils peuvent bien tout se permettre. D'ailleurs, je trouve que cet esprit revival leur va comme un gant, ça sonne pour eux, c'est leurs racines et ils ont d'ailleurs eu le bon goût d'utiliser un répertoire musical érudit.

The Rolling Stones - Ride 'Em On Down 



Dans les notes qui présentent chaque morceau, les Stones n'hésitent pas à souligner que ces chansons – à l'exception de I Can’t Quit You Baby et I Gotta Go – ne sont pas entrées dans les classements des meilleures ventes. On sent ici l'énergie positive d'un retour à leurs sources blues. Je trouve que cet album leur va à merveille, et à ceux qui mettent en avant l'absence de créativité d'un album de reprises, je rappellerai combien certains covers ont transcendé les originaux au point de d'imposer la lumière à une première création passée presque inaperçue. Je citerais I faught the Law de Sonny Curtis transcendée à mon sens par les Clash en 1979 et Hallelujah de Léonard Cohen, repris une première fois par John Cale. Jeff Buckley inspiré de cette première reprise en fera une bouleversante interprétation qui propulsera le titre au rang de succès mondial.

Auguste Marshal

Aucun commentaire:

Publier un commentaire