mercredi 7 décembre 2016

Blondie

Blondie

Blondie
Blondie

Du punk au disco

1976 vit l’explosion du mouvement punk, tant en Angleterre qu’aux States; les acteurs principaux auront pour nom MC5, Television,ou Ramones. Ils se produisent au célèbre CBGB, célèbre boite de New-York. La quasi-totalité de ces groupes, dopés à la testostérone, sont 100% masculin, sauf, sauf… Blondie, le groupe qui nous intéresse aujourd’hui.

Blondie : CBGB
Tordons le cou à une idée reçue: Blondie est bien le nom du groupe, et non pas le nom de la chanteuse, Debbie Harry. Celle-ci a débuté comme serveuse au Max kansas city, autre boîte new-yorkaise avant de fonder un premier groupe, les Stilettos. Après des débuts hésitant, émaillés de mésaventures contractuelles, le groupe trouve sa vitesse de croisière, grâce notamment à de bons musiciens, le guitariste Chris Stein et le batteur Clem Burke (qui joua, pour quelques concerts,avec les Ramones, sous le nom d’Elvis Ramone).

Blondie : X Offender 


Mais revenons à la musique: leur premier album Blondie sort en 1976. Précédemment appelé Sex offender, le titre du premier single évolua vers ce nom plus consensuel, passage "obligé" pour la diffusion en radio. Et pourtant, c'est l'échec: le titre ne fut presque pas joué…
Mais cet album contient également un slow (oui, vous avez bien lu, un slow!!! Imparable: In the flesh), qui cartonnera en Australie, tant et si bien que David Bowie ou Iggy Pop les engagent pour assurer la première partie de leur tournée américaine.

 Blondie : In the Flesh

Après ce titre, les albums s’enchaînent jusqu’aux méga-hits archi-connus: Heart of a glass ou encore Call me, mais c’est déjà une autre histoire…
Cantonnons-nous à ce premier album, et ouvrez bien vos esgourdes…

Blondie : In the Sun


Et pour finir: on raconte que, quand le groupe se produisait au CBGB, le public s’entassait au premier rang pour voir de quel couleur était la culotte de Debbie..Tel est la légende.

Le succès interplanétaire : 

Le 26 avril 1980, Blondie est Numéro 1 des ventes de singles avec Call me, un titre qui ne figure sur aucun album studio du groupe Blondie. Le morceau fait partie de la BO du film 'American Gigolo'. Le producteur, Giorgio Moroder avait initialement demandé à Stevie Nicks de Fleetwood Mac de composer et interpréter le morceau, mais elle avait refusé. Co-écrit par Deborah Harry et Chris Stein (fondateurs du groupe Blondie), Call me succès interplanétaire pour le groupe semble un bon reflet de l'amorce du virage des Eighties.

Blondie : Call me



Etienne Frelet

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire