mercredi 23 novembre 2016

The Kinks : Sleepwalker

The Kinks : Sleepwalker

Kinks
Kinks

Du chemin depuis You really got me...

A l'exception des Rolling Stones, rares sont les groupes des années 60' qui auront effectué une carrière aussi longue par sa durée que dense par son intensité. Les Kinks, c'est une histoire de frère à la base, Ray et Dave Davis accompagnés par  Pete Quaife (basse, chant) jusqu'en 69' et  et Mick Avory (batterie, percussions) jusqu'en 84'. Leur premier succès You really got me reste à ce jour un succès intemporel, gravé dans l'inconscient collectif musical, c'était à l'époque leur troisième single en 1964 propulsé au rang de tube international, et certainement encore aujourd'hui le titre que n'importe quel quidam est capable d'identifier. C'est un peu comme Antisocial pour Trust, un titre qui leur colle à la peau. Et pourtant, entre 1965 et 1971, les Kinks peuvent se targuer  d'avoir connu le succès. Cette période extrêmement prolifique pour les Kinks verra la production de singles qui se classeront au top des ventes et des charts. On se souvient notamment les titres: Lola, Sunny Afternoon, Apeman entre autres...

Les Kinks
Les Kinks
Un grand groupe certes,  mais souvent cantonné à cette époque féconde en réussite commerciale, et pourtant... 30 ans d'existence et 23 albums à leur actif telle une évidence qui s'impose.
Aujourd'hui le, je tourne ma caméra fin des année 70'.  Focus sur l'album Sleepwalker des Kinks - 1977 -
Ce quinzième album est marqué par le retour à une production un peu plus commerciale après tout une série de disques "concepts" aux sonorités théâtrales qui marquèrent une période de déclin des ventes. C'est également le dernier album avec le bassiste John Dalton, qui quittera le groupe pendant les séances d'enregistrement. Après une période Opéra Rock, ils sortent avec Sleepwalker ce que Ray Davis est capable à mon sens de faire au mieux: des scenarii de personnages loufoques ou décalés, nous entraînant au travers de courts métrages ou de petites nouvelles, servies par un rock plus mélodique et aux influences sixties affirmées.

The Kinks - Sleepwalker


"Je suis un somnambule. . . Je suis un harceleur de nuit.  Je suis un somnambule. . . Je suis un colporteur de nuit"  -   Sleepwalker
Billy Altman de Rolling Stone, a déclaré que  Sleepwalker est facilement le titre le plus puissant des Kinks depuis Lola - Un disque a redécouvrir absolument.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire