samedi 1 octobre 2016

Johnny Rotten

Johnny Rotten : le pouvoir des mots !

John Lydon
John Lydon

"Être Punk, c'est trouver sa voie, son style, surtout ne pas suivre bêtement les autres".


 "En tant que roi du punk, je décrète cette loi : le punk n’a pas besoin de roi”


John Lydon souvent plus connu sous le nom de Johnny Rotten.
Homme de paroles, et de phrases provocatrices, hautes en couleur, il raconte dans ses Mémoires  «La rage est mon énergie» : "Oh, mon Dieu, matez-moi ces dents!" C'est Steve Jones qui a fait : "Oh beuuurk, t'es tout pourri!" Du coup, tout le monde m'appelait Rotten, "pourri", et le surnom m'est resté à vie! 

Johnny Rotten : La rage est mon énergie
Johnny Rotten : La rage est mon énergie

En anglais ça donne «anger is an energy», le refrain de Rise, un morceau de PiL (Public Image Limited). C'est le groupe qu'il forma en 78' au sortir de l'expérience Sex Pistols !


Johnny Rotten qui déclarait en 2013 à Hugo Cassavetti de Télérama que la musique n'était pas une vocation dans sa vie, mais un truc qui lui est tombé dessus :
"C'est arrivé par hasard. Malcolm McLaren et Bernie Rhodes, le futur manager de The Clash, étaient en train de monter ce groupe, les Sex Pistols. Rhodes avait repéré ce drôle de gamin aux cheveux verts qui arpentait King's Road avec un tee-shirt sur lequel était inscrit : « Je hais Pink Floyd ». C'était moi. Ils m'ont demandé si je voulais chanter. Je n'y avais jamais pensé.
En fait, j'avais même développé un certain art de mal chanter. Parce que j'avais fréquenté un collège catholique où, dès qu'on repérait un garçon à jolie voix, il était enrôlé dans le chœur. Et on savait ce qui arrivait aux gosses qui tombaient entre les mains du prêtre… Voilà d'où vient ma voix si particulière. Une protection. Du coup, elle est assez unique. Et puis j'ai toujours été plus sensible à la force des mots, à leur prononciation qu'à une simple mélodie".

 "J'ai écrit le texte de God save the queen presque d'un trait, le temps d'avaler une boîte de baked beans [haricots blancs, ndlr] ! Une vérité qui ne demandait qu'à jaillir."

 Interview complète Télérama de Johnny Rotten 

  Johnny Rotten : magique sauvagerie du langage !

Auguste Marshal

Sex Pistols : God Save the Queen 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire